Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2014

eurocalypse

1306A2EC7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ensuite, il y eut l'autre revanche, celle d'en-bas, celle de la rue, celle des gangs d'"immigrés de la quatrième génération", comme on disait à l'époque dans les provinces francophones de l'Union européenne. Ce fut la revanche des petits dealers de quatorze ans, des gamins qui vivaient la nuit et dormaient le jour, et qui n'avaient jamais rien connu de la vie que le béton, du shit, et le rap raciste anti-blanc qui résonnait à travers les quartiers nogo, tout le temps. Ce fut la revanche des paumés, la revanche des mecs qui n'étaient personne et qui n'étaient nés nulle part. Et cette revanche-là bien sûr, fut moins soyeuse que celle des Hindous en costards classieux. Ce fut la revanche au raz du bitume.

Ce qui se disait dans les halls, à l'époque, quand les Nordafs et les Afros parlaient des mecs de la mairie, c'était quelque chose comme:

"Connards de cocos, connards de bourgeois de gauche. Pendant un demi-siècle, vous nous avez tenus par les couilles, tas d'enflures. Vous jouez les potes avec nous, mais on est pas dupes.

"Vous n'êtes pas nos amis. Aucun enculé de Blanc n'est notre ami. Et nous allons vous le prouver. On est du côté du manche et ça va faire mal."

Et ouais, ça avait fait mal.

Le petit père Ahmed n'était pas un tendre. Pour entrer dans son crew de malade, fallait commencer par une baston avec un ancien, une explication velue à la batte de base-ball cloutée. Le principe était: le combat dure une minute, si tu es vivant à la sortie, tu rentres dans l'équipe. Pour tenir le choc, les mecs se sniffaient à la colle, juste avant. C'était ça le crew d'Ahmed, une vraie bande de fondus. Le jour où ces mecs-là se sont lâchés sur les connards de petits pédés de la mairie, fils de bourgeois un pouce dans le cul l'autre dans la bouche, qui jouaient à la gauche pour faire genre, eh bien ce jour-là ça a couiné sec. Les lopettes l'ont senti passer. Ces connards avaient organisé une manif contre l'implantation de l'usine de retraitement de déchets. Ils avaient organisé cette manif avec quelques centaines de mecs qu'ils tenaient par les couilles, des types qui devaient leur boulot ou leur logement à la mairie.

Mauvaise pioche, mauvaise pioche.

Des flics vinrent parler à Ahmed la veille du jour fatal.

"Demain, on compte sur toi pour éviter les ennuis, tous nos effectifs sont pris ailleurs."

Message reçu cinq sur cinq.

Ahmed et sa bande tombèrent sur la manif avec leurs battes de base-ball cloutées. Il y eut du connard de pédé de gauche éclaté. Ces branleurs suppliaient: "Nous frappez pas, on vous veut pas de mal, on manifeste pour le bien du quartier!"

Dans ta gueule enculé! Prends ça pour mon arrière-grand-père qui a été tué pendant la révolution contre les colons. Prends ça pour mon arrière-grand-père qui a trimé toute sa vie sur une chaine de montage pour que le tien puisse rouler dans sa caisse de bourge. Prends ça pour mon père qui n'a jamais pu trouver de boulot, qui a largué ma salope de mère, qui s'est fait flinguer il y a 10 ans pour une histoire de shit, du shit qu'il revendait aux enculés dans ton genre.

Du sang sur la chaussée. De la cervelle de petit pédé, éclatée, étalée sur le trottoir en couche épaisse.

Bienvenue en enfer, salauds de Blancs.

Après ça, on savait qui assurait l'ordre dans le quartier.

La suite? Du velours. Dés le lendemain, le maire est allé trouver les Frères du Renouveau. Ils l'ont envoyé paître, évidemment. Alors ce con de coco est allé trouver des pontes de son parti, à Paris. Ils l'ont envoyé chier idem. "Y a du pognon indien à récupérer, le quartier sera tenu, t'as fait ton temps". Voilà l'idée générale.

Exit le coco. Il est parti chanter l'Internationale dans une intrazone rurale, perdu dans ses rêves de révolution à la con. Le prolétariat immigré avait le choix entre la révolution et la revanche raciale, et le sous-prolétariat avait choisi à la place du prolétariat. Classique, tout cela. T'aurais dû t'y attendre, le coco.

Les Indiens installèrent leur usine dans la foulée. Et ainsi, depuis prés de trente ans, les affaires tournaient rond. De temps en temps, il y avait des accidents du travail, et les mecs crevaient. Y avait pas d'assurance, mais ça faisait partie du deal. En contrepartie les mecs avaient du boulot, de quoi manger et de quoi boire. Par rapport à ce qui se passait au même moment en Afrique, c'était le paradis sur terre."

Eurocalypse, Collectif Solon, Le retour aux sources/Scriptoblog, 2009.



podcast

Commentaires

Le pire c'est qu'il ne va y avoir que ca pour que certains la ferment. Meme pas changent, mais se taisent juste.

Écrit par : JÖ | 15/12/2014

Peut-être un peu grossier, non ... ?

Écrit par : Oscar | 15/12/2014

Grossier ? On a deja des premices de ce genre de choses...

Des mafias qui s'occupent de dechets et les refourguent a l'est, des "divers" rachetés par des politiques (Dassault). Pendant les emeutes de 2005, c'est les dealers qui ont sifflé la fin de la recré, pas les flics.

Le discours de Houria machin c'est quoi ?

Vous avez vu ce truc de "portait vivant" qui est "anti raciste" ou les noirs debarquent en gueulant parce que les blancs sont racistes (Enfin passons...) ?

Suffit d'un declassement de l'europe (Impossible bien sur !) et on y va.

Tiens je peux vous en raconter une belle d'histoire:

Je connais deux francais qui ont ouvert un commerce en Allemagne dans un quartier "communautarisé", mais pas trop, (en fait les bobos reprennent lentement le quartier...Par la hausse des prix entre autres...). Ces deux petits genies ont pris l'habitude de faire des aperos a la francaise (Assez arrosés...) dans un magasin pas specialement fait pour.
(Qui ne vends pas de nourriture ou de boissons)

Vous avez eu une bande d'ados turcs qui a debarqué...Avec rapidement des remarques sur l'alcool.
Eux sont musulmans vous comprennez...

Premier contact tendu...Ils sont partis et...Ils sont revenus et ont tout cassé.

Les deux proprios ont menacé de porté plainte les autres les ont supplié de ne pas le faire.

ils ont laissé filé et s'en foutent.
Et bien sur aucun des deux ne se pose de questions.
C'est pas leur interet de toute facon, et après tout les turcs devront se barrer un jour...A cause des loyers...Enfin si ca continue comme ca continue.

Donc la prochaine fois, faudra que ce soit plus violent ?

Rien a faire ils sont lobotomisés. Ca a ete dit.

Il faut qu'on soit ruinés pour qu'on ne puisse plus fuire le probleme.

En imaginant qu'on ait encore assez de marge a ce moment là.

Écrit par : JÖ | 16/12/2014

A propos d'Eurocalypse ... en action, le groupe "Europe" il y a déjà quelques années :
https://www.youtube.com/watch?v=9jK-NcRmVcw
"It's the final countdown" ... j'ai trouvé cela prémoniteur, de la part de ces minets.

Écrit par : Oscar | 16/12/2014

à JÖ : mieux vaut ne pas attendre d'être ruinés. La seule façon de survivre sera du genre "base autonome durable". Ingrédients de base : de l'argent, du temps et du travail ... et de la capacité à s'entendre à plusieurs, et aussi ("ça va de soi mais ça va mieux en le disant"), de mettre en accord les actes avec les paroles. Si on se laisse tiers-mondiser sur ce dernier point et si on se laisse plumer jusqu'à la dernière plume on sera bon pour se faire manger tout cru.

Écrit par : Oscar | 16/12/2014

ouais, bien d'accord avec JO. et encore m^me la ruine n'ouvrira pas les yeux de tous: quand je vois le chaos actuel (qui n'est que le début) et le vote massif à la dernière élection pour la mafia UMP+UDI, je me dis que mes compatriotes n'ont pas encore bien dérouillé et qu'il va falloir du temps pour que surgisse un SYRIZA ou un PODEMOS à la française (ou que le FUN endosse ce fardeau) et que ça balaye tout.

ou alors rien, une décomposition lente encadrée par un système suffisamment résiliant (comme dans Eurocalypse au début) avec des intrazones sécuritaires à boboligarques et des extrazones bien contrôlées par des mafias ethniques...

wait and see

Écrit par : hoplite | 16/12/2014

@hoplite:

J'ai longtemps pensé a la seconde solution comme toi, mais pour le vivre un peu de l'intérieur , ils n'ont pas les capacités humaines, matérielles et intellectuelles pour contrôler ce chaos . Les frigos sont encore pleins, et les "loisirs" remplissent encore leur fonction mais cela ne durera pas.

Écrit par : Hugues capet | 16/12/2014

Cette conviction qu'après avoir assez souffert les gens finiront par réfléchir n'est rien d'autre qu'une conviction. Elle n'a rien à voir avec la réalité. Les gens obtiennent la "crise" qu'ils méritent. Le panier de crabes qu'on leur propose les séduit. C'est le leur, tout simplement. Le vrai défi, et c'est là qu'il y a lieu de retordre le glaive dans la plaie, c'est de voir ce dont sont capables - ronchonner ? rouspéter ? fanfaronner ? - ceux qui se targuent d'être conscients ... mais au fait, conscients de quoi ? Qu'il y a trop d'immigrés en Europe ? La belle affaire.
"Au pays d'aveugles, les borgnes sont rois". Jusqu'à présent les borgnes se font attendre.

Écrit par : Oscar | 17/12/2014

Edifiant recit de JÖ merci a lui.
Sinon,un detail dans l'article,qui me fais un peu rire "batte de base ball cloutée"...hum;je vais tailler en pointe le pointu de mes balles de carabine(460 weatherby magnum non non j'déconne!)elles feront plus mal..

Écrit par : Dom | 17/12/2014

Aujourd'hui, samedi aprèm, j'ai poussé le vice jusqu'à aller faire un tour en ville.
Aaaaarg, j'hésite entre vomir (mais je vomis rarement, uniquement si je suis vraiment malade d'avoir bouffé un truc infect) et une frénésie de tout arroser au lance-flamme (dont je ne dispose pas cependant).
J'ai vraiment eu l'impression d'être dans un mauvais film de science-fiction, que des monstres, que les gens sont laids et mal fagotés, et puis bien sûr des aliens partout, même un noir sapé comme un touareg de la tête aux pieds (je me demande encore s'il n'avait pas une sorte de poignard à la ceinture, en tous cas c'était turban 16/9, djelaba XXL, toute la panoplie), c'est la première fois que je vois ça, et puis du déjà vu, des bourkas, des bâchées, des beurettes poufs en fluo slim avec juste un torchon sur la tête, des couples mixtes, noir (ou gris) mâle obèse et jolie petite connasse de blanche en tenue de pute résille et mini short, chinois, turcs, aborigènes, basanés et/ou crépus indéterminés, vrais aliens ? (je veux dire de vrais extra-terrestres, d'autres planètes quoi, ce n'est pas possible sinon, ou alors issus d'expériences de "savants" fous peut-être), etc.
Le seul être vivant "normal" et rassurant vu était un cheval (tirant une calèche), mais ça compte si c'est un non humain ?
Bref, Freaks la grande parade des monstres ou Tatouine dans Star Wars, c'est de la petite bière à côté...
C'est grave, une petite ville de province dans cet état.
Mais comment en sont les Halles à Paris où je n'ai heureusement pas mis les pieds depuis 10 ans (et où c'était moins pire que ce que j'ai vu là) ?
Je regarde très peu la télé par précaution nerveuse et je devrai consulter aussi moins FDS, mais là s'il faut éviter d'aller en ville...
Bon, samedi aprèm avant Noël, je cherche, c'est vrai, un jeudi matin en Novembre c'est moins écoeurant bien qu'il y ait quand même quelques motifs d'agacement racial.
3 hypothèses s'offrent à moi devant cet avenir radieux :
-sortir le moins possible
-me barrer en Russie
-il va se passer un truc, ce n'est pas possible que ça continue comme ça

Écrit par : S10 | 20/12/2014

Bon, ami S10, puisque l'on en est aux confidences sur les sorties urbaines, vendredi soir tard en rentrant de mon boulot de diseur de bonne aventure au centre de lutte contre le crabe, j'ai eu le bonheur de vivre en direct une partie du film Orange Mécanique dans un tram de notre bonne ville dirigée la grosse Martine. A présent je ne mourrai pas complètement idiot puisque j'ai vécu une première : recevoir en direct dans la gueule le poing d'un jeune maghrébin de 18 ans en essayant de m'interposer et de protéger un homme âgé (je dirais plus agé que moi qui ai déja malheureusement 60 tours au compteur), un bon bourgeois qui venait de se faire exploser le nez pour avoir osé défendre des petites jeunes filles européennes importunées puis mollestées par ces candidats à la remigration. Tout cela c'est terminé en bagarre générale, sang partout, intervention de la BAC .... comme tu dis S10 :"-me barrer en Russie -il va se passer un truc, ce n'est pas possible que ça continue comme ça" .... et bien oui, ça continue et ça empire ...

Écrit par : dimezzano | 21/12/2014

c'est bien, Dim, dangereux mais courageux.

et il peut se passer un truc trés simple: rien...le pouvoir ne change pas de mains, les patriotes sont incapables de changer quoi que ce soit, les vagues migratoires continuent à déferler, la tiers-mondisation/africanisation du continent s'accentue, génération aprés génération, exode des plus friqués, des plus entreprenants et des moins patriotes, paupérisation générale des classes moyennes et populaires, accentuation devant le chaos ethnique des lois "anti-racistes" et de la répression de toute organisation fractionnaire, barbarie on line, extinction progressive d'une civilisation.

un peu ce qui s'est passé sur la rive orientale de la Méditerranée sous la double étreinte arabo-musulmane après la fin de l'âge d'or de l'Islam vers le XIIeme siècle jusqu'à nos jours.

"Que peut-il se passer après la victoire de la contre-colonisation ? Peut-être bien quelque chose de semblable à ce qui s'est s'est passé dans la partie méridionale du monde méditerranéen après la conquête arabe. Dans un premier temps, les conquérants laissent les chrétiens et accessoirement les Juifs s'occuper des tâches créatives ; il en résulte, à l'époque, une apogée civilisationnelle qui ne doit pas grand-chose à l'islam mais qui n'a été possible que grâce à la paix et à l'unité que les conquérants ont restaurées. Puis le réservoir de ces populations actives et créatrices se tarit progressivement à cause des persécutions occasionnelles et surtout des conversions à l'islam permettant d'échapper à la dhimmitude et à la fiscalité qui l'accompagne. La civilisation islamique se fige assez vite et une lente et inexorable décadence commence. L'histoire s'est répétée à partir du XVe siècle dans l'Empire ottoman. Dans les deux cas, ce sont les populations autochtones conquises qui ont été le plus transformées, et de très loin, et ce malgré leur nombre resté longtemps important : Constantinople-Istamboul était encore majoritairement peuplée de chrétiens en 1914. " (marcel Meyer)

Écrit par : hoplite | 21/12/2014

Courageux Dim et bravo.

Écrit par : libherT | 22/12/2014

Les commentaires sont fermés.