Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2016

"traître au peuple", "rat de gauche"

pegidavlaanderen2.jpg

 

"Le 1er mai, en Allemagne, d’imposants cortèges défilent dans les rues des villes afin de célébrer la fête du travail.

Aux cortèges et manifestations diverses se joignent souvent des ministres et personnalités publiques, qui profitent de l’occasion pour tenir des discours politiques. Or, à Zwickau, dans l’Est de l’Allemagne, un ministre qui aurait tellement aimé apporter sa contribution orale de grand humaniste a été méchamment chassé par la foule. Le motif ? Son discours pro-migrants !

C’est le Vice-chancelier Sigmar Gabriel qui aurait dû être l’orateur. Indisposé, il fut remplacé par le ministre de la justice Heiko Maas. A peine monté sur le podium, il commença son discours en faveur de l’accueil et de l’intégration des migrants, mais ne réussit pas à le terminer.

Aux cris de « traître au peuple », la foule furieuse se mit à le contester violemment, et l’empêcha de poursuivre son beau discours pro-immigrationniste. Certains manifestants s’approchèrent de la tribune d’un air menaçant. La police, craignant le pire, exfiltra le ministre. [mercedes blindée+ gardes du corps armés]

Alors que la censure stalinienne du gouvernement Merkel s’abat sur l’Allemagne, le ministre osa twitter :

« Celui qui empêche de parler librement, n’a rien compris ! »

Venant de celui qui fait tout pour empêcher le peuple de parler librement au moyen d’un référendum, cela fait sourire.

Ce n’est pas la première fois que les institutions sont contestées dans cette partie orientale de l’Allemagne à cause de leurs politiques migratoires. Un épisode semblable se produisit à Heidenau en Saxe, quand la chancelière Merkel s’y rendit pour condamner les actes de violence, ciblant les centres d’accueil."

 **************************************************************************

Ahh, ce populisme à moustache qui pue la bière! 

La propension de ces encravatés à berlines allemandes à ne pas voir la vague en train de leur tomber sur la gueule! c'est presque réjouissant! Heiko Maas, Merckel, Hollande, Valls, Juppé, Clinton, même combat! Vers le chaos.

L'austérité pour les uns et les mannes financières  pour les uns ou les autres, c'est la norme au MEDEF ou à RADIOPARIS mais ça passe de moins en moins bien à Rodez ou à l'Aigle...Qu'à cela ne tienne, ouvrons des ghettos de clandestins partout sur le territoire et sanctionnons les pays européens rebelles qui refuseront d'accepter des clandestins/délinquants sur leur territoire! pourquoi pas, en effet, les cons ça ose tout et les compagnies de CRS obéissent encore au POTUS local.. pour combien de temps?

Je suis assez vieux pour me rappeler la propagande européiste qui fit flores lors de Maastricht ou du TCE en 1992 et 2005, il n'était question que de "prospérité", de "sécurité", de "protection de notre modèle social", de "paix", etc.

25 ans après, en Europe, pour les peuples européens, c'est le chaos financier, économique, social, la menace de troubles sociaux graves, le chaos migratoire, les tueries de masse en temps de paix, bref, carton plein.

Les pitres européistes baissent leur froc devant n'importe quel mafieux enturbanné (Erdogan, M6, Saoud and co) mais se montrent impitoyables envers leurs propres peuples en rebellion.

L'accumulation du capital dans un nombre de mains toujours plus réduit produit ce chaos en devenir et n'est nullement fortuite.

"Pour essayer de neutraliser le risque radicaliste d’un mai 68 qui cette fois irait bien plus loin, la classe capitaliste entretient l’éclatement de toutes les appartenances antérieures par l’individuation narcissique hystérique à tous les niveaux de la reproduction sociale désormais vampirisée par la dictature du modèle consommatoire égocentrique lequel aspire à faire régresser le niveau de conscience de la population au simple niveau infantile du moi primal. Et c’est parce qu’il est nécessaire qu’il y ait le plus de séparations possibles dans la Cité du séparer spectaculaire que la dynamique migratoire qui fait sortir les populations européennes indigènes de leur histoire critique a tant besoin d’allogènes à autre histoire ceci afin de rendre de plus en plus impossible la ré-apparition de la guerre de classe contre l’argent et l’Etat.

L’industrie capitaliste de la migration répandue n’est pas seulement le mouvement par lequel l’immigré arrive en grand nombre. Elle est beaucoup plus essentiellement le déplacement schizophrènique par lequel le prolétariat d’Europe est dorénavant placé en situation de devoir se déplacer hors de sa propre histoire indocile de telle façon que le temps historique immobilisé de la marchandise qui se veut horizon indépassable de notre quotidien devienne la synthèse totalement stationnaire d’un monde où le climat mental afro-oriental ainsi accueilli viendrait donc multiplier les forces de la résistance capitaliste contre les dangers de l’insoummission communeuse.

Pour le spectacle capitaliste du travail et de la valeur d’échange, la libre circulation des marchandises est une donnée naturelle et comme les homme sont précisément ces marchandises productives qui possèdent la faculté de pouvoir façonner toutes les autres marchandises, il convient de leur imposer un hors-sol circulatoire planétaire de telle manière que pendant que sont régulièrement pillées les ressources naturelles de l’Afrique et du Proche-Oient, le seul avenir possible pour des millions d’hommes du Sud, ce soit la grande déportation vers le Nord…"F Cousin, 2015.

Ou quand la critique marxiste internationaliste rejoint la préoccupation identitaire et souverainiste...


21/04/2016

mdr

L'ONU redoute la mort de 500 migrants dans un naufrage en Méditerranée

**************************************************************************************

mais l'"ONU" n’avait rien à branler de la mort de 500.000 enfants irakiens.

Deux poids deux mesures. As usual. Double éthique. As usual.

fuck u grav, lol, mdr


16/04/2016

in a silent way

sinon quoi?

D'aprés l'ami Zero Hedge -en général réfléchi et bien informé- il semble bien que plusieurs charges nucléaires aient été utilisées le 9/11...

"On 9/11 there is no doubt that multiple bombs were detonated inside the WTC complex — this fact can not be disputed and is clearly documented in hundreds of videos and backed up by many eyewitness testimonies, including highly credible first responders and firefighters. In fact, seismic readings from that day indicate that at least 3 large man-made explosions, possibly nuclear by signature, took place underground inside the WTC complex. Could these be the actual blasts that took out the cores of buildings 1, 2 and 7? Is this what the U.S. government has been hiding all along?"

 

bon WE à tous!

14/04/2016

what else?

12240074_509776085867338_1650494222871163497_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Orages d'aciers

12/04/2016

garbage

11/04/2016

gauche du capital

twit-hillary-clinton.jpg

 

"Hillary Clinton: Les 25 premiers gestionnaires de capitaux gagnent plus que toutes les enseignantes de maternelle des Etats-Unis réunies. Ce n'est pas acceptable.

Kevin Tulpp: Pour un discours de 20 minutes, Goldman Sachs vous a payé ce que gagne en 10 ans une enseignante de maternelle." Jovanovic

 

09/04/2016

Au sud de nulle part

 

 tumblr_nn7oji6te11qzh0vno1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le monde ne sera pas détruit par une bombe atomique, mais englouti par un fleuve de merde." Charles Bukowski (1920-1994), écrivain américain, Au sud de nulle part, 1973.

"Cela en disait long sur la cohorte d'Aspen et montrait à quel point ils étaient habités par le statu quo des "Joyeuses balades en automobile". Ils voulaient "résoudre" les problèmes d'émission de CO2, de pollution de l'air et de l'évolution climatique sans réellement devoir procéder à des changements de comportement. Il n'y eut absolument aucune discussion au Forum sur l'Environnement sur d'autres stratégies pouvant apporter une réponse aux multiples calamités causées par la combustion de pétrole dans les automobiles. Par exemple, la création de quartiers piétonniers ou la restauration du réseau national de chemins de fer et autres types de transports publics n'était pas à l'ordre du jour. Cela ne les intéressait pas ou ne leur était pas venu à l'esprit, tant la pensée unique caractérisait leur recherche de "solutions techniques grandioses" pour maintenir les conforts habituels de la vie quotidienne. La crème des intellectuels "verts" de l'Amérique se réunissait au forum d'Aspen sur l'environnement; mais s'ils sont incapables de réfléchir correctement sur cette partie du problème, vers qui devra-t-on se tourner? Les fans de la NASCAR? Wall Street? Glenn Beck? La Mafia?

Je me suis heurté à une étrange et similaire pensée de groupe lorsque je fus invité à prononcer un discours sur notre dilemme énergétique, au siège de Google dans la Silicon Valley. Prenant d'abord un petit moment de recul, je n'ai pu m'empêcher de constater que l'immeuble de la société était lui-même attifé comme un jardin d'enfant géant ou un centre de garderie. Les aires publiques étaient équipées de toutes sortes de jeux de salon: tables de ping-pong et de knock-hockey, billards, consoles de jeux vidéos. Ici et là se trouvaient des tas de distributeurs de confiserie remplis d'oursons en gélatine, de bretzels au yaourt et autres snacks industriels. Un nombre incroyable d'employés de Google qui entraient dans ce nouvel auditorium élégant étaient vétus comme des ados s'adonnant au skateboard, portant des pantalons au dessous des fesses et des casquettes de travers, et c'étaient des cadres supérieurs, des programmateurs informatiques de haut vol! Après avoir délivré mon discours sur la situation énergétique, une plage de temps avait été réservée aux questions-réponses. Il n'y eut aucune question, seulement des déclarations de la part de plusieurs employés de Google, et elles disaient toutes à peu près la même chose qui peut se résumer aisni "...écoute, bonhomme, nous avons la technologie..." (traduction: "T'es un connard...")

Cela m'a informé de quelque chose d'assez effrayant: les cadres et les programmateurs de Google ne connaissaient pas la différence entre la technologie et l'énergie. Ils présumaient qu'elles étaient interchangeables, que si vous êtes à court de l'une, vous branchez simplement l'autre, ce qui est en contradiction avec la réalité. Notez qu'il s'agissait là des personnes les plus importantes du leader de la haute technologie aux USA. S'ils ne connaissaient pas la différence entre la technologie et l'énergie,  alors qu'attendre des bourriques qui émargent au Ministère des Transports -ou dans les dizaines de milliers de bureaux du pays, où des gens doivent prendre des décisions sur notre façon de vivre?"

James howard Kunstler, Too much magic, l'Amérique désenchantée.


podcast

photo: fini l'tiercé...

07/04/2016

bildungsroman

tomislav sunic,ernst junger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«(...) La notion du cours du temps, surtout en cas d'urgence, est très bien ressentie dans les Balkans, une partie de l'Europe qui est constamment sous influences tectoniques majeures. La balkanisation ne signifie pas seulement la dislocation géopolitique ; elle renvoie également à une forme de la dégénérescence d’identité, où se mélangent et se confondent diverses identités politiques, religieuses et raciales qui sont constamment remplacées par de nouvelles identités venues d’ailleurs. Toutefois, compte tenu des catastrophes qui s’approchent à grands pas de l’Europe, toute balkanisation peut servir de leçon pour aiguiser le talent de survie. Ce talent exige de pratiquer la vie en solitaire, et d’être complètement détaché de tous les liens politiques avec le monde d'aujourd'hui. En cas de nécessité, on devrait, comme ce fut habituel chez les chouans vendéens pendant la Révolution française, ou chez les guérilléros espagnols pendant l’occupation napoléonienne, ou bien encore chez les  haïdouks balkaniques pendant l’occupation turque du XVIe au XIXe siècle, vivre comme des paysans mais, en cas d'urgence, être prêt à rapidement prendre les armes. Aujourd'hui, cependant, il ya deux formes opposées de la balkanisation. D'un côté, l’Europe orientale continue toujours d’être en proie à la haine interethnique entre ses peuples. D'un autre côté, on observe en Europe occidentale une guerre larvée avec les non-Européens. Or à la lumière des vagues d’immigration en provenance du Tiers-Monde, tous les Européens sont censés devenir de bons Balkaniques : pas forcément dans le sens négatif, mais dans un sens positif qui sous-entend l’esprit de la déterritorialisation locale, et qui est seulement possible dans une Europe d’Empire. Celui qui vit au milieu d'animaux sauvages devrait devenir un animal, et peu importe qu’il habite Paris, Washington ou Francfort. Comme le sociologue italien Vilfredo Pareto a justement prophétisé il y a cent ans: «Celui qui devient l'agneau va se trouver bientôt un loup qui le mangera." (2). Or le talent de vie dans la fin des temps exigera donc des loups européens d’apprendre à revêtir les habits de brebis.

On devrait se rappeler la figure de l’Anarque d’Ernst Jünger dans son roman Eumeswil. Le protagoniste, Martin Venator, vit sa double vie dans une société postmoderne et multiculturelle à coté de la casbah d’Eumeswil. Or l’Anarque n'est ni rebelle, ni dissident, ni anarchiste quoiqu’au moment donné, il puisse revêtir toutes ces trois figures à la fois.  D’ailleurs, l’Anarque semble s’être très bien inséré dans le système de la pensée unique et de l’autocensure du Système. Il attend patiemment  son moment ; il va frapper seulement quand le moment sera mûr. Ce roman de Jünger peut être considéré comme le Bildungsroman pour la génération actuelle de jeunes Européens dont le rôle didactique peut leur faciliter le choix de la figure du rebelle.

L’arrivée en masse d’immigrés d’une culture et d’une race étrangère à l'Europe exige de tous les  Européens de bien réfléchir à quelle figure de comportement choisir, c’est à dire à quelle nouvelle identité jouer. Historiquement, les figures du rebelle nationaliste en Europe centrale et orientale n'ont jamais eu d’effet convergent sur les peuples européens. Elles ont été nuisibles et doivent donc être rejetées. Toutes les formes et figures de la rébellion – que ce soit l’appartenance à sa tribu ou à son Etat aux dépens de son voisin blanc, comme en témoignent les guerres entre la Pologne et l'Allemagne, entre les Serbes et les  Croates, entre les Irlandais et les Anglais – semblent devenues dérisoires aujourd’hui. L’Europe balkanisée, avec ses figures rebelles des nationalismes exclusifs, ne fait que donner davantage de légitimité au projet multiracial du Système. Toute figure de dissident au Système, comme fut autrefois la figure de l’anarchiste ou du partisan est désormais vouée à l’échec dans un Système possédant des moyens de surveillance totale. Ce qui reste maintenant aux nouveaux rebelles, c’est le devoir de se définir comme héritiers européens, nonobstant le pays où ils vivent, que ce soit en Australie, en Croatie, au Chili, ou en Bavière. Compte tenu de l'afflux massif d’immigrés  non-européens, les Européens ne peuvent plus s’offrir le luxe de l’esprit de clocher. Le danger imminent de leur mort peut les aider à se débarrasser de leur  particularisme territorial. En effet, qu’est-ce que cela veut dire aujourd’hui être Allemand, Français, Américain, vu le fait que  plus de 10 pour cent d’Allemands et de Français et plus de 30 pour cent des Américains sont d'origine non-blanche?

(...) Suite à  la Seconde Guerre mondiale, les génocides communistes ont eu une influence catastrophique sur l'évolution culturelle et génétique de toute l’Europe orientale. La classe moyenne ainsi qu’un grand nombre de gens intelligents furent simplement supprimés, ne pouvant transmette leur patrimoine génétique, leur intelligence et leur créativité à leur progéniture.  Alors, où sont donc les parallèles avec le monde multiracial d’aujourd’hui en Europe ? Force est de constater  que tout ce que les communistes ne pouvaient pas parachever par la terreur en Europe orientale est en train de se faire maintenant d’une manière soft par l'actuelle "super classe" libérale et cela par le truchement de son idéologie de rechange, le « multiculturalisme ». L'afflux constant de non-Européens est en train d’affaiblir le fonds génétique des Européens, menant à leur mort douce où les lignes entre l’ami et l’ennemi s’effacent complètement. On s’aperçoit clairement de l'impact brutal de l'idéologie de l'égalitarisme et de sa nouvelle retombée dans le Système, qui enseigne, aujourd’hui comme autrefois, que tous les hommes doivent être égaux et par conséquent interchangeables à volonté.

Le multiculturalisme est la nouvelle forme du balkanisme, à  savoir une idéologie servant aujourd’hui d’ersatz au communisme discrédité. En effet, le multiculturalisme utilise des moyens plus subtils que le communisme quoique leurs effets soient identiques.  L’esprit communiste et l’esprit multiculturel sont très populaires auprès des gens du Tiers-Monde, mais également  auprès des intellectuels de gauche du Système, toujours à l'affût d’un nouveau romantisme politique. Le communisme a disparu en Europe orientale parce qu'en pratique, il a su beaucoup mieux réaliser ses principes égalitaires en Europe occidentale quoique sous un autre signifiant et sous un autre vocable. Le Système, soit sous son vocable communiste, soit sous son vocable multiculturel, croit que toutes les nations européennes sont remplaçables au sein du Système supra-étatique et supra-européen.

Les responsables de la balkanisation de l'Europe et de l'Amérique sont les capitalistes. Il est dans leur intérêt d'obtenir une armée de travailleurs de réserve en provenance du Tiers-Monde. Ils savent pertinemment que les travailleurs non-européens importés en Europe n'appartiennent pas forcément à l'élite intellectuelle de leurs pays d'origine, que leur conscience sociale n'est souvent qu'embryonnaire et qu'ils n'ont généralement aucun sens du destin européen. C'est pourquoi ils sont plus aisément manipulables. Leur marchand n'a pas d'identité, non plus. Un banquier allemand ou un ex-communiste croate devenu spéculateur dans l’immobilier ne se soucie guère de sa résidence ni de la leur  - tant qu'il gagne de l'argent. Même le père fondateur du capitalisme, l’infâme Adam Smith a écrit: «Le marchand n'est pas forcément citoyen d’aucun pays"  (3).  Par conséquent, le nouvel Anarque, à savoir le nouveau rebelle, ne doit pas être choqué par la nouvelle sainte alliance entre le Commissaire et le Commerçant, entre les grandes entreprises et la Gauche caviar. La Gauche est en faveur de l'immigration de masse parce que la figure de l’immigré tient lieu aujourd'hui du prolétaire d’antan.  Les capitalistes d’une part, et les « antifas », les pédérastes, les militants des droits de l’homme et les militants chrétiens de l'autre, sont désormais devenus les porte-parole de l'abolition des frontières et les haut-parleurs d’une Europe multiraciale et sans racines. Le capitaliste vise à réduire l'État-providence, car chaque État lui coûte cher. Un antifa veut abolir l'État, parce que tout État, lui rappelle « la bête immonde du fascisme. (...)

Comment façonner un nouveau type de rebelle blanc ? Le nouvel Anarque doit chercher dans sa culture et sa race ses points de départ. La notion et la réalité de la race ne peuvent être niées, même si le terme de race est aujourd’hui criminalisé à outrance par les medias. L’hérédité  est considérée par les scribes académiques du Système avec horreur et dégoût, bien qu’ils sachent tous, surtout lorsque l'état d'urgence sera proclamé, qu’ils vont aller se réfugier du côté de leur propre tribu et de  leur propre race.  Force est de constater qu’on peut changer sa religion, ses habitudes, ses opinions politiques, son terroir, sa nationalité, voire même son passeport, mais on ne peut jamais échapper à son hérédité. La récente guerre dans les Balkans nous a montré de façon limpide que lors de l’instauration de l’état d’urgence, les anciens apatrides croates et pro-yougoslaves n’avaient pas hésité à devenir des ultras Croates - par défaut. Gare à celui qui oublie ses racines. C’est l’Autre qui va vite les lui rappeler. 

(...) Pour restaurer son identité dans les temps d’urgence qui adviennent, l’Anarque doit examiner la doctrine de l'égalitarisme issue du christianisme. Les immigrés non-européens savent fort bien que l’Europe est très imprégnée d’un christianisme qui se reflète aujourd’hui dans les sentiments de culpabilité de l’homme blanc et dans le prêchi-prêcha séculièr sur la religion des droits de l’homme. En revanche, le sentiment de haine de soi n’existe guère chez les immigrés et pas plus au sein de laclasse politique de leurs pays d'origine. Les Européens qui ont vécu dans les pays du Tiers-Monde savent fort bien ce que veut dire la discrimination raciale contre sa propre population. Un métis du Mexique habitant au sud de Los Angeles ou un Turc aux traits mongoloïdes habitant à Berlin Kreuzberg savent exactement quel groupe racial et culturel ils peuvent fréquenter. Le second, par exemple, n'a rien à chercher auprès des «Turcs» européens de la classe supérieure qui n’ont aucun scrupule à arborer en permanence leurs origines albanaises ou bosniaques, et qui aiment  bien s’en vanter en public. Un hidalgo mexicain servant comme haut-diplomate à Madrid déteste un Cholo habitant le barrio de Los Angeles.  En revanche, l'Allemagne, l'Amérique, l’Espagne, la France accordent à ces peuplades du Tiers-Monde des moyens de s’épanouir dont ils ne peuvent que rêver dans leurs pays d’origine. Même s'il semble impossible de parler d’expulsion massive ou de transfert des populations, c’est une idée qu’on ne doit jamais exclure. Plus de 12 millions d'Allemands furent expulsés de leurs  foyers en Europe orientale à la fin de l'automne 1944 et au début de 1945  - dans une période de quelques mois seulement.  (6). Demain, le même scenario peut encore avoir lieu, suivi par de nouveaux génocides et par la migration massive de millions de personnes en Europe. Pour le rebelle européen reste à savoir qui sera l’architecte de ce nouveau «nettoyage ethnique» et qui en sera la victime.

Dans l’optique optimiste, même un aveugle peut s’apercevoir que le Système est mort. L’expérience avec ses dogmes abstraits de multiculturalisme et de progrès économique a échoué. Tant en Europe qu’aux États-Unis, on voit chaque jour que l'expérience libérale a touché à sa fin il y bien longtemps. Il y a suffisamment de preuves empiriques pour nous démontrer ce fait. On n’a qu’à choisir le plus visible et le plus audible. Il est caractéristique de la classe politique moribonde de vanter la « perfectibilité », « l’éternité », et la « véracité » de son Système – précisément au moment où son Système est en train de s'écrouler. Ces vœux pieux et d’auto-satisfaction, on a pu les observer tant et tant de fois dans l'histoire. Même les notions de la classe dirigeante actuelle portant sur la fin des temps et la «fin de l'Histoire» nous rappellent la mentalité de la classe politique des anciens pays communistes, en l’occurrence la Yougoslavie peu avant son effondrement. En 1990, il y avait encore de grands défilés pro-yougoslaves et procommunistes en Yougoslavie où les politiciens locaux se vantaient de l'indestructibilité du Système yougoslave. Quelques mois plus tard, la guerre commença  - et le Système mourut.

Dans l’Union européenne, la classe dirigeante d'aujourd'hui ne sait plus où elle va et ce qu'elle veut faire avec elle-même. Elle est beaucoup plus faible qu'elle ne veut le laisser voir à ses citoyens. Le nouvel Anarque vit de nouveau dans un vide historique et il dépend de sa seule volonté de remplir ce vide avec le contenu de son choix. La charrue peut facilement se muer en épée. »

Tomislav Sunic
podcast

03/04/2016

au milieu des ruines

tumblr_l2rbtgVVNu1qzs56do1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Bref si l’on établit l’équation suivante, moins simpliste qu’il n’y paraît de prime abord : Al-Qaïda made in USA (Bourbier afghan+Tours jumelles/11 septembre) = Al-Nosra (mercenaires et alliés des anglo-américains en Syrie pour renverser el-Assad) + son épigone État-islamique, émanation du précédent = déplacement massifs de populations (via le néo-sultan Frère Erdogan) = en Europe/attentats/état d’urgence et restrictions draconiennes des libertés publiques. À commencer par la liberté de parole et d’information 5 . En un mot cela signifie que les parrains, les pères putatifs, les ordonnateurs des attentats de Paris et Bruxelles s’ils possèdent encore – mais pour combien de temps – leur centre de commandement à Raqqa en Syrie siège du califat islamiste de Mossoul, ne sont que le dernier maillon d’une chaîne de commandement dont les diverses extrémités se situent aussi bien à Langley qu’à Washington, Tel-Aviv, Riyad ou Ankara. Ceci ayant été amplement documenté depuis des années dans ces mêmes colonnes.

Ayant écrit cela l’on comprendra à quel point la presse nous égare, nous affole et nous abrutit en se polarisant sur les frères machins, leurs complices, leurs relais, leurs cheminements erratiques de petites frappes éthyliques, toxicomanes soi-disant islamistes radicaux adeptes du martyr, sur leurs trafics minables et leurs parcours existentiels pitoyables. Pour curer le mal il faut l’identifier, le désigner, le nommer. Or ces sinistres jeunes gens ne sont pas une génération spontanée et bien sot qui ne verrait que les responsables de ces tragédies sont tout désignés. À commencer par les hommes politiques européens… et non pas par nos services de police qui n’en peuvent mais, qui obéissent aux ordres, qui sont pris dans un entrelacs de textes et d’instructions contradictoires, sévir sans réprimer, surveiller sans éliminer, sanctionner sans punir, selon les injonctions illuministes et droitdel’hommesques, lesquelles visent exclusivement à créer le terreau de décomposition de nos sociétés et de la civilisation occidentale sur lequel prospère la vermine mondialiste. Celle qui entend réaliser le paradis terrestre via l’enfer du goulag planétaire. Car l’on ferait bien de profondément méditer les analogies existant entre la Russie prérévolutionnaire et la situation internationale actuelle, la comparaison est frappante !

Bref, dire que M. Fabius, ses sbires et son patron Hollande, ont soutenu les forces rebelles islamistes en Syrie, et en premier lieu al-Nosra, sont les grands responsables des récents attentats, c’est enfoncer une porte ouverte. Mais ils ne sont pas les seuls. A priori les chefs d’États et de gouvernement du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Italie sont tout aussi coupables, eux et nuls autres ainsi que la médiacratie qui a systématiquement falsifié et menti par omission pour mieux accompagner et encenser les mortelles randonnées occidentalistes à travers les steppes et les sables irakiens, somaliens, libyens, syriens… Arrêtons de geindre si aujourd’hui nous récoltons la monnaie de notre pièce. Et découvrons l’horreur de ce que nos grandes consciences, les Glucksmann, les Lévy, les Bruckner, les Goupil, les Kouchner, les Finkielkraut, les Yannakakis, les Trigano et combien d’autres humanistes appartenant à la même mouvance gauchiste-libérale 6… ont appelé de leur vœux, à savoir la guerre à outrance contre des peuples arriérés réticents aux joies ineffables de la Démocratie. Si l’on veut des responsables pour les attentats et du terrorisme, c’est de ce côté qu’il faut aller chercher et non gloser à l’infini sur des lampistes dont la surmédiatisation nous fait oublier l’essentiel… pour mieux escamoter les vrais coupables transformés pour la circonstance en planche de salut et en organisateurs de la victoire sur le mal."

source

27/12/2015

frontmate

FRONT-Poster-Natalie-Blair-1-580x580.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

merci les gars! joyeux Noël et bonne année à tous!

14/10/2015

heroin

emma-greenwell-in-shameless-02-800x600.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


podcast

emma greenwell+ lou reed= a good night

sinon, blog en pause pour une durée indéterminée. ça doit se sentir, je sature un peu ces derniers temps avec l'impression de ressasser un brin. en même temps répéter des vérités peut s'avérer utile.. comme disait l'ami Boréas, la vie est ailleurs. non pas que le débat/ le combat virtuel soit inutile mais ça fait presque 10 ans que je tiens ce blog, l'air de rien. merci à tous les fidèles et à tous les lecteurs muets. j'ai beaucoup appris, je ne regrette rien. rien n'est joué, tout reste à faire (même la syntaxe:)). tcho!

10/10/2015

business as usual

"Malgré les incessantes rodomontades gouvernementales à propos de la laïcité, Bernard Cazeneuve, Christiane Taubira, Harlem Désir et le maire de Paris, Anne Hidalgo, participaient le 29 juin dans les salons de l'Hotel de Ville de Paris, à la soirée des fondateurs du Centre Européen du Judaïsme (CEJ), une soirée placée sous le "haut patronage de François Hollande". Ce centre communautaire gigantesque (5000 m2, avec synagogue, centre culturel, bureaux, salles de spectacles et salles d'exposition) dont la construction vient de débuter ouvrira au printemps 2017 à l'angle de la rue de Courcelles et du boulevard de Reims dans le XVII ème arrondissement de Paris. Son coût devrait avoisiner les 10 millions d'euros, dont 2.7 millions financés sur des fonds publics (Région, Etat), le reste étant financé par une souscription, avec un abattement de 75% sur l'ISF pour les généreux donateurs. C'est la ville de Paris qui a mis le terrain à disposition du Consistoire Israélien de France dans le cadre d'un bail emphytéotique."  Faits et documents, 1-15/10/2015

"Sébastien Proto, inspecteur des Finances, actuellement associé gérant de la banque Rothschild est dans les petits papiers de Nicolas Sarkozy qui en ferait bien son ministre de l'économie ou son secrétaire général à l'Elysée en cas de victoire à l'élection présidentielle de 2017. Ibid.

"Perçu comme "pro-palestinien" par les représentants de la communauté juive, le très falot Alain Juppé souhaite lever toute ambiguïté en vue de l'élection présidentielle de 2017. C'est dans ce but qu'il s'exprimait, le 8 septembre dernier, au grand hôtel de la rue Scribe à Paris, devant les Amis du CRIF ("Quand j'entends le mot juif, ce n'est pas dans ma tête qu'il résonne mais dans mon cœur", "l'existence et la sécurité d’Israël, pour moi, ne sont pas négociables") et qu'il effectuera prochainement un voyage en Israël." Ibid.

08/10/2015

friday wear

06/10/2015

what else?

(...) Le site Strategika51 a publié le 2 octobre une nouvelle selon laquelle un “incident” avait eu lieu dans la nuit du 1er au 2 octobre 2015 entre quatre F-15I israéliens et six Su-30SM russes sans doute dans une zone proche (mais au large de la Syrie, par la mer) de la ville de Lattaquié, près de laquelle se trouve la base de Jablé/Hmimim où les Russes ont déployé une part importante de leur contingent aérien. Les F-15I israéliens, considérés comme de chasseurs lourds multi rôles sembleraient donc avoir approché par la mer, tandis que les Su-30SM, également chasseurs lourds multi rôles, auraient décollé et volé “en direction de Chypre”, c’est-à-dire également au-dessus de la mer, vers la trajectoire des avions israéliens. Le site précise que les Israéliens survolent régulièrement la région de Lattaquié et de la base de Jablé/Hmimim depuis plusieurs mois, toujours à partir d’un plan de vol qui les fait survenir au-dessus de la zone syrienne à partir de la mer.

Le texte de Strategika51 décrit ainsi l’interception et les circonstances qui l’ont caractérisée : « Dans la nuit du 1er au 02 octobre 2015, six Sukhoi SU-30 SM russes ont décollé de la base aérienne syrienne de Hmimim en direction de Chypre avant d’intercepter en position d’attaque quatre  chasseurs israéliens F-15. Surpris par une situation aussi inattendue et probablement non préparés à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes, les pilotes israéliens ont vite rebroussé chemin vers le Sud en survolant à très grande vitesse le Liban. L’armée libanaise a annoncé officiellement à 2313 Z (heure locale) que quatre “appareils ennemis” (israéliens) avaient franchi l’espace aérien du Liban.

» Cet “incident” entre des avions de combat russes et israéliens a frappé de stupeur le commandement des forces aériennes israéliennes, lequel a estimé qu’un éventuel combat aérien entre les F-15 israéliens et les Su-30 russes aurait débouché sur la destruction des quatre appareils israéliens. Israël a vivement protesté auprès de Moscou de cet incident mais les Russes ont exigé des explications sur la présence d’avions de combat israéliens en plein espace aérien syrien. Cet incident indique que la protection de l’espace aérien syrien est désormais sous la protection de l’arme aérienne russe. Ce qui cause des grincements de dents à Washington. »"

De Defensa

04/10/2015

guerre et trahison

3466885733.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Au Moyen orient. Subitement, on s'aperçoit que quand quelqu'un fait la guerre avec l'intention de faire la guerre (et de la terminer, de préférence, victorieusement), ça devient sérieux, et que ça cogne sec, surtout sur le plan militaire.

Donc, les russes bombardent, des objectifs militaires, avec l'intention visible de mettre totalement à poil les islamistes. Installations militaires, après installations militaires, et on s'étonne un peu, que, depuis le temps que l'OTAN étaient déjà sensé avoir tout détruit, tout soit encore intact. Des avions israëliens et russes se sont plus ou moins affrontés dans le ciel de Lattaquié, et ce qui fut la puissance dominante du moyen orient a piteusement battu en retraite.

Le but pas avoué était simple, c'était faire tomber Damas, Bagdad et Téhéran, pour ensuite détruire la Russie et la Chine, à grands coups d'islamistes (c'est pas cher), simplement pour reprendre ce qui avait été fait sous deubeuliou, accéder aux richesses d'Asie centrales, richesses énergétiques en gaz, uranium et pétrole, avec la satisfaction d'éliminer l'unique concurrent possible à un empire américain éternel.

Petit Bémol, on voit mal les russes plier. Au besoin auraient ils perdus Damas, Bagdad et Téhéran et les hordes islamistes déferleraient telles en Russie, celle-ci dispose toujours de l'arme nucléaire, assez pour détruire de fond en comble les états du moyen orient. Et tout candidat au suicide.

Pour ce qui est de la puissance américaine, elle est désormais évaporée. 1000 milliards de USD pour ne plus avoir d'armées. La moitié des porte-avions est en réparation, et ce n'est plus qu'une arme de prestige, destiné à une destruction rapide en cas de conflit. Le F35 est définitivement un nanard, qui serait incapable d'affronter des avions des années 1970, et ils n'auront bientôt, rien d'autre. Prendront ils le risque de le voir ridiculiser dans un combat avec un très antique Mig 21 ?

On voit l'absence total côté occidental, de réflexion stratégique, de la moindre vision d'avenir, et tout bonnement de stratégie. Comme un joueur de poker, on joue, "pour voir". Parce qu'on est, soi disant, les plus fort, et qu'il faut nous obéir. Simplement, ça ne fonctionne pas. Il suffit, en face, de durer.

La Syrie a duré. Jusqu'à ce que l'unique super puissance, sonne la fin du jeu."

Reymond, la chute.

**************************************************************************

"Conséquences

Les Européens (tant de l'Est que de l'Ouest) ont une bonne expérience des Princes-esclaves, dit le Visiteur. A maintes reprises, également, dans le passé, ils ont eu l'occasion de se familiariser avec la trahison. Sauf, je pense, que ce à quoi nous assistons aujourd'hui va bien au-delà. C'est-à-dire, dit l'Etudiante? La trahison est une grille de lecture possible, dit le Visiteur: je ne dis pas le contraire. A mains égards, les Princes-esclaves ouest-européens actuels ressemblent aux personnages de Le Carré. Ce sont des taupes. On pourrait aussi évoquer le film de Polanski, The Ghost Writer. On en parlait ici même l'autre jour. Mais il faut aussi tenir compte des conséquences. Quand, d'un trait de plume, les Princes-esclaves ouest-européens suppriment l'enseignement des langues anciennes dans les écoles, chacun comprend bien qu'on ne saurait purement et simplement les assimiler à des personnages de Le Carré. On change ici d'échelle. Même chose, à plus forte raison encore, quand ils s'activent pour accélérer la venue en Europe de millions de …, avec pour conséquence, à terme, l'… du continent. Le schéma d'ensemble, si l'on veut, est bien celui de la trahison, mais d'une trahison, quand même, unique en son genre (sui generis), puisque les Princes-esclaves ouest-européens ne font pas que trahir leur peuple, ils trahissent la civilisation même dont eux-mêmes et les peuples européens sont issus. C'est une trahison à la puissance deux. Inédite aussi. Il n'y a pas de précédent. Je ne sais si je me fais bien comprendre." Werner, Avant-blog.

podcast

malaise dans la civilisation

ATT000311.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ou dans la culture, sais plus

03/10/2015

suicide pride


train and equip

 

"Le programme « Train & Equip », financé à hauteur de 500 millions de dollars pour former 5.400 rebelles syriens par an en Turquie avec le concours de l’armée américaine, a viré au fiasco. Sur le premier groupe de combattants en Syrie cet été, il n’en reste plus qu’une poignée sur le terrain. Quant au second, fort d’environ 70 hommes, qui a pris le chemin d’Alep il y a deux semaines, il n’a rien trouvé de mieux que de remettre une partie de ses équipements et de ses munitions au front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda.

Ainsi, les objectifs en matière de recrutement n’ont pas été tenus et l’on peut se demander à quoi cela rime d’envoyer sur le terrain des détachements de combattants aussi peu fournis. Même s’ils doivent renforcer des unités de l’Armée syrienne libre (ASL) déjà constituées, comme la Division 30 ou le groupe « Suqur al-Jabal » (Les faucons de la montagne), leurs effectifs sont trop peu nombreux pour avoir un impact significatif.

L’une des raisons avancées pour expliquer la faiblesse du recrutement tient aux contrôles drastiques effectués par l’armée américain afin de s’assurer que les combattants formés par ses soins n’aillent pas rejoindre les rangs jihadistes…

Quoi qu’il en soit, suite à ces récentes déconvenues, le Pentagone a annoncé, le 29 septembre, que le programme Train & Equip était en partie suspendu.

« Nous avons fait une pause » dans l’acheminement des recrues vers les centres d’entrainement de Turquie et de Jordanie, a ainsi affirmé Peter Cook, un porte-parole du département américain de la Défense. Mais, a-t-il assuré, le recrutement de futurs combattants se poursuit dans l’optique de prochaines sessions de formation. « Par ailleurs, le programme continue pour ceux qui l’ont déjà commencé, a-t-il dit », a-t-il encore précisé." OPEX 360

01/10/2015

les cons ça ose tout (n+1)

heroïn

tumblr_ksnsdzkRKp1qzs56do1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
podcast

Le 12 octobre 1965 Jack Kerouac adresse une lettre à Sterling Lord, son agent :

« Continuez à envoyer SATORI A PARIS aux éditeurs. Je crois qu'ils sont tous furieux d'apprendre que je suis le descendant de nobles bretons plutôt que le bâtard anonyme né de leurs propres préjugés. Les bretons étaient contre les révolutionnaires, qui étaient des athées, qui tranchaient les têtes au nom de la fraternité, tandis que les bretons avaient des raisons paternelles de rester fidèles à leur ancien mode de vie. Partout dans le monde les intellectuels des villes vivent coupés de la terre et de ceux qui la cultivent, et ne sont en fin de compte que des insensés dépourvus de racines (...) toute cette ordure superficielle des existentialistes, des hipsters et des bourgeois décadents. »

« Pour moi le mot "beat" ne signifie pas "débordement de frénésie hystérique sans objet", la "beat generation" ce n'était pas les voyous, ni la canaille, les durs, les je-m'en-foutistes, ni les déracinés. Pour moi, the "beat" désigne bien une route, mais la route de celui qui recherche la "béatitude", à l'instar de Saint François d'Assise. Je suis artiste et conteur, un écrivain dans la grande tradition narratrice française et non le porte-parole d'un million de voyous. ».