Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2017

cohérence

 

"(...) L’un des chefs de file du sionisme allemand était alors Joachim Prinz. Dans son livre Wir Juden(« Nous les Juifs »), publié à Berlin en 1934, il prenait parti pour la coopération avec le nazisme :

« Un État fondé sur le principe de la pureté de la nation et de la race ne peut qu’être honoré et respecté par le juif qui déclare son appartenance à son propre peuple. […] Car seul celui qui honore ses origines et son propre sang peut respecter et honorer la volonté nationale des autres nations. [39] »

Prinz a-t-il été ostracisé par la communauté juive après la guerre ? Allons donc ! Il a été élu en 1958 président de l’American Jewish Congress, l’organisation même qui avait lancé le boycott de l’Allemagne nazie. Tout est dialectique !"

source Guyennot/ E et R

Commentaires

Je crois que Ratier avait sorti des photos de militants sionistes des années 30 en position amicale avec des nazis et ca avait emu pas mal de monde a l´epoque.

Écrit par : JÖ | 24/11/2017

Répondre à ce commentaire

Ah, s'il n'y avait eu que ce monsieur Prinz à prendre ce type de position idéologique parmi ceux qu'on ne doit pas voir. Toute la collaboration à cette époque-là entre un parti socialiste allemand et certains mouvements de ... mériterait d'être rappelée à l'esprit de beaucoup.

Écrit par : Horpor | 25/11/2017

Répondre à ce commentaire

M'ont toujours bien fait marrer ces "dissidents" qui conspuent les Juifs, parce que les Juifs sont racistes. Antisémites par planétarisme.

Écrit par : UnOurs | 26/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les photographies de militants sionistes sympathisants avec des nazis dans les années 30 sont monnaie courante. On trouvera l'essentiel de la documentation afférente dans un petit livre (115 pages) de l'ancien rédacteur en chef de la revue Éléments, Jean-Claude Valla (aujourd'hui décédé), intitulé "Le pacte germano-sioniste (7 août 1933)" paru dans la collection des cahiers libres d'histoire en 2001.
Le 7 août 1933 était en effet signé un accord entre le ministère allemand de l'économie et des représentants de l'Agence juive et de l'Organisation sioniste mondiale. Cet accord pudiquement connu comme l'accord de la "haavara" (mot hébreu qui signifie transfert) visait à permettre aux juifs allemands candidats à l'émigration en Palestine d'emmener avec eux leurs capitaux. Cet accord technique ne fut que le premier acte d'une étroite collaboration entre les sionistes et les autorités du Reich. Cette collaboration aujourd'hui tenue sous le boisseau reposait sur une unité de vue entre sionistes et nazis concernant la prééminence de la "race". D'ailleurs la plupart des sionistes allemand approuvèrent les lois de Nuremberg comme le montre éloquemment Valla.

Écrit par : Pierre Bérard | 06/12/2017

Répondre à ce commentaire

Le livre est semble t'il encore trouvable.
Tout cet énorme travail historique à l'ED n'existe quasiment plus. A l'inverse des décennies précédentes, ça semble ne plus faire partie du tout des enjeux des générations qui suivent.
Je ne sais trop quoi en penser. Savoir si c'est réellement synonyme de décadence ou si tout simplement la situation, l'immigration en particulier est telle que le quotidien, l'actualité leur suffisent à tout articuler.
En tout cas la différence est frappante.

Écrit par : Cotuatos | 07/12/2017

Répondre à ce commentaire

Par contre des types qui refont l´histoire de l´afrique en en faisant le centre du monde...En oubliant pas de mentionner que les blancs sont pire que la peste au passage.

C´est devenu tres courant.

Écrit par : JÖ | 07/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire