Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2018

effondrement n+1

LETTRE D'UN MEDECIN AUX LECTEURS DE LA REVUE DE PRESSE A PROPOS DE LA CRISE MEDICALE
 du 3 au 7 septembre 2018 : De notre lecteur Stefan Hagen: ";Je suis jeune médecin libéral avec une petite activité hospitalière. J’ai des diplômes français : il faut maintenant le préciser du fait du recrutement en masse depuis 10 ans de médecins à diplôme étranger issus de pays sous-développés en médecine (pas des USA ni des pays d’Europe du nord évidemment).

J’ai passé deux concours ultra-sélectifs (P1 et l’Internat) en finissant dans les premiers, j’ai obtenu parallèlement un DEA à l’ENS avec mention, j’ai accompli trois ans de Clinicat de spécialité. Malgré ces efforts et cette réussite, je n’ai pas trouvé de poste de PH en CHU, car le budget alloué est dévolu à l’embauche de médecins à diplôme roumain ou italien moins bien rémunérés car moins compétents (auparavant c’était les médecins du Maghreb, du Machrek et d’Afrique noire).

Ayant moi-même formé les Internes durant mon Clinicat, j’ai pu me rendre compte que ces médecins à diplômes étranger (qui usurpent le titre d’Interne car n’ayant pas passé les concours) ont des connaissances médicales soit périmées, soit très inférieures à celles d’étudiants français quant à la sémiologie et la pathologie générale.

Au vu de cette préférence étrangère low-cost faisant entorse au principe de méritocratie par les concours, et ne voulant pas participer à la formation (mise à niveau en réalité) de ces diplômés étrangers (je ne veux pas trahir les Internes à diplôme français qui ont passé les concours), j’ai décidé de quitter l’hôpital public pour exercer dans le privé.

Même dans le privé le gouvernement et la CPAM ne nous laissent pas en paix, diminuant sans cesse la tarification conventionnelle alors que l’inflation et les coûts d’investissement augmentent chaque année. Mais les compléments d’honoraires en secteur 2 ont leurs limites, fixées par les mutuelles, qui elles ont l’oreille du ministre. À ce sujet, je vous transmets un lien vers une lettre écrite par un chirurgien ophtalmologue qui explique bien cela syndicat UFML.

Mais le plus terrible, tenez-vous bien : le gouvernement a décidé sciemment que pour que la médecine coûte moins chère, il fallait qu’elle diminue sa qualité au niveau de celle des pays du tiers monde. C’est officiel, et je n’y ai pas cru au début. Mais le gouvernement (Touraine) a bien décidé d’autoriser l’implantation d’IRM low-cost (à gradients électromagnétiques faibles) dont la définition des images est exécrable pour l’analyse des tissus mous.

Cette manipulation comptable permet d’augmenter la densité du parc d’IRM à bas coût (la France possède moins d’IRM par habitant que la Turquie, et deux fois moins que l’Allemagne), mais avec des appareils de mauvaise qualité. C’est objectivement une trahison et un mépris à l’égard du peuple car les patients ne sont pas au courant de cette forfaiture. Je vous laisse un lien concernant ces IRM low-cost, c’est à partir de la minute 18 de cette vidéo YouTube". Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2018

 

Commentaires

Vous croyez que pour les architectes, ca sera formation pour hutte en terre sechée express ?

Écrit par : JÖ | 03/09/2018

Répondre à ce commentaire

ou en bouse de vache?

sérieusement, je vis ce que raconte ce jeune médecin depuis 30 ans.
déserts médicaux, rationnement des soins, recrutement massif de médecins étrangers, transports médicaux de groupe, mise en place télémédecine, etc.

clairement, les gens ordinaires (pas les élites proches du val de Grâce ou ceux comme moi qui ont un petit réseau médical pour shunter le bordel) ne sont plus soignés dans les campagnes et vont être sacrifiés sur l'autel de la gestion comptable et de la "bonne gouvernance".

une régression historique dans ce pays.

Écrit par : hoplite | 03/09/2018

Répondre à ce commentaire

Faut vraiment etre un sale raciste : meme mal formé, un etranger est toujours mieux enfin !

Il y a plusieurs années un medecin francais m´avait deja dit que la qualité des soins plongeait.
Un autre avait arrete ses tournées a moto.
(Trop dangereux, meme dans un bled !)

Il y a autre chose, c´est la degradation des routes (ou des ponts...Pas qu´en France quoi...), ca me frappe dans .les petites villes.

Qu´est ce qu´on en a foutre de la campagne, on fait venir le necessaire directement en ville, (seul endroit civilisé), par container, on leur doit rien a ces blaireaux !

Au moindre probleme de logistique (impossible bien sur), ca va etre sportif...

Écrit par : JÖ | 03/09/2018

Le pire dans cette histoire c'est cette impression de bouteille à la mer. Je n'imagine même pas une seconde que son appel, pourtant purement factuel, aura un quelconque écho.

Écrit par : Cotuatos | 03/09/2018

Répondre à ce commentaire

En même temps combien de médecins sont devenus des techniciens de la médecine appâtés par le gain ? Beaucoup n'en ont strictement rien à foutre de leurs clients pardon patients.
Comme pour les profs je ne pleurerai pas sur leur sort ...

Écrit par : Hugues capet | 04/09/2018

Répondre à ce commentaire

@hugues, la plupart des medecins que je cotoie sont des droitards liberaux, plus raement à gauche, sans culture, sans conscience politique, trop ooccupés à booker leur sejour à l'ile maurice ou a racler des honoraires/depassements.
ils sont donc largement responsables de leur situation (notamment leur chute symbolique).

mais on s'en fout, ils sont représentatifs de l'air du temps...
ce qui est inquiétant c'est la destruction en temps de paix du réseau de soin et du maillage territorial.clairement des populations entières sont en train d'être releguées, comme par hasard cette France rurale, périphérique (Guilluy).

Écrit par : hoplite | 04/09/2018

Je crois que quelqu´un avait posté ici le reve de "villes iles artificielles" de certaines elites.
(Avec interrogation de la vulnerabilite a un tir de missile sur ce beau projet...)

Le phantasme de la deterritorialisation absolue.

Écrit par : JÖ | 04/09/2018

Répondre à ce commentaire

Pour exercer moi aussi en secteur libéral donc peu protégé, je ne peux qu'abonder dans le sens d'hoplite
Une minorité de confrères a une conscience politrouk affirmée, le reste lèche la main qui les moleste et moi qui affirme voter pour la droite extrême, je suis connu comme le loup blanc, une ordure,quoi
Les praticiens issus d'ailleurs sont assez avantagés, certes, et après un passage hospitalier, peuvent partir dans le secteur libéral, tout comme nous
Et là, attassion les yeux !
Un vieux pathologiste, à qui je devais faire une biopsie un peu risquée m'a dit au sujet de son médecin référent, une dame issue d'ailleurs "elle est gentille, elle recopie les ordonnances de nos confrères"
Pour ce qui est de la nullité médicale vronzaise, pas d'illusions non plus, lorsqu'on voit dix médicaments sur une même ordonnance, tout est dit, on sait qu'il y a un lézard
Dix médicaments ?
Pourquoi pas douze ?
Ou treize ?
Ha, ça porte malheur ?
Bon, on met douze,non celui là, vous le prenez seulement si vous avez envie....

Écrit par : Kobus van cleef | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

En fait, le problème médical crucial reste la disparition des.... curés !
Je m'explique
Lorsque les curés reignaient sur la vronze et sur l'Europe, le moindre vague à l'âme, la moindre contrariété était étanchée par trois paters deux avés et une petite pénitence
Il y avait d'ailleurs une obligation hebdomadaire d'aller au confessionnal
Genre kontrol zozial renforcé
Aujourd'hui, les maigres barrières interposées entre le libre arbitre du dingo moyen ( et qui n'est pas dingo dans nos zozietes libérales avancées ?) et la possibilité de faire tout et n'importe quoi, ces barrières ont cédé, l'individu est libre de faire le bien, le mal, quelque chose,ou rien ( comme moi en ce moment)
À votre avis,kes kil va faire ?
Réponse : chercher secours auprès de quelqu'un qui pourrait l'aider
Et là il tombe sur son médecin traitant qui a une pleine salle d'attente de dingos comme ça, salle d'attente dans laquelle il cherche LA pépite , le vrai patient , celui qui est vraiment malade
C'est comme ça que ne fonctionnent pas les urgences, c'est comme ça que les jeunes remplaçants de médecine générale sont submergés, c'est comme ça que la médecine vronzaise prescrit à tours de bras des tranquillisants, c'est comme ça qu'on devient une nation de zombies

Écrit par : Kobus van cleef | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Les curés seraient aussi dans la meme logique la ruine des psys...
(Secteur essentiel de la medecine)

Écrit par : JÖ | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Disons que l'usage de la psychanalyse s'apparente à la pratique religieuse catholique
De très loin mais on peut reconnaître des similitudes
Un gros bémol, la religion est, en théorie, gratuite, la psychanalyse est, de façon ostentatoire, payante et même lourdement payante
Faut il y voir la main de son fondateur ?
Fondateur dont tout le monde oublie que c'était avant tout un médecin, neurologue, très bon médecin d'ailleurs ( c'est lui qui a, par exemple, décrit l'effet de la novocaine dans l'anesthésie locale du globe oculaire, prélude à l'arrivée de l'anesthésie locoregionale ) mais franchement, les fondements de la psychanalyse s'apparentent un peu à de l'exorcisme
( Avec ça je boucle le cycle, religion psychanalyse)

Écrit par : Kobus van cleef | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

La confession est en effet gratuite...

Écrit par : JÖ | 12/09/2018

Répondre à ce commentaire

Pour exercer moi aussi en secteur libéral donc peu protégé, je ne peux qu'abonder dans le sens d'hoplite
Une minorité de confrères a une conscience politrouk affirmée, le reste lèche la main qui les moleste et moi qui affirme voter pour la droite extrême, je suis connu comme le loup blanc, une ordure,quoi
Les praticiens issus d'ailleurs sont assez avantagés, certes, et après un passage hospitalier, peuvent partir dans le secteur libéral, tout comme nous
Et là, attassion les yeux !
Un vieux pathologiste, à qui je devais faire une biopsie un peu risquée m'a dit au sujet de son médecin référent, une dame issue d'ailleurs "elle est gentille, elle recopie les ordonnances de nos confrères"
Pour ce qui est de la nullité médicale vronzaise, pas d'illusions non plus, lorsqu'on voit dix médicaments sur une même ordonnance, tout est dit, on sait qu'il y a un lézard
Dix médicaments ?
Pourquoi pas douze ?
Ou treize ?
Ha, ça porte malheur ?
Bon, on met douze,non celui là, vous le prenez seulement si vous avez envie....

Écrit par : Kobus van cleef | 13/09/2018

Répondre à ce commentaire

D´ou aussi la reputation tres rentable de la filliere pharmacie.
(Depuis des decenies c´est "le bon plan de carriere" )

Écrit par : JÖ | 13/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire