Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2014

le coeur aventureux

300x.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"On ne peut aujourd'hui œuvrer en société pour le bien de l'Allemagne; il faut le faire dans la solitude, comme un homme qui ouvre avec sa machette une brèche dans la forêt vierge, soutenu par l'unique espoir que, quelque part dans les fourrés, d'autres travaillent à la même œuvre." Ernst Jünger, Le coeur aventureux, 1929.

Commentaires

Je n'ai évidemment aucune sympathie pour les actions extrêmes du régime national-socialiste allemand.
Mais quand "en face", on a décidé de vous étrangler économiquement, de vous bombarder, de vous envahir, de vous remplacer, "se retirer sur les hauteurs", n'est-ce pas une solution facile de grand seigneur, au calme et dans le confort moral ?

Écrit par : UnOurs | 30/04/2014

Pour vraiment comprendre ce qu'était le régime hitlérien (à ce sujet, toujours se souvenir qu'Hitler tenait les anciens bolchéviks pour les meilleurs nationaux-socialistes), il faut lire "Le Bois des morts", "Les enfants Jéromine" et "Missa sine nomine" d'Ernst Wiechert.

Les trois Ernst : Von Salomon ("Le questionnaire"), Wiechert et Jünger, trois clés de la compréhension de cette époque.

Au fait, "Sur les falaises de marbre" de Jünger, c'était avant tout, dans l'esprit de son auteur, une allégorie anti-totalitaire, plus anti-stalinienne encore qu'anti-hitlérienne. Jünger l'a dit lui-même.

En 1939, il ne pouvait vraiment pas faire autrement que ce qu'il a fait. Lui le héros de la première guerre mondiale, profondément patriote, il ne s'est pas dérobé à ses nouvelles obligations militaires, à 45 ans pourtant, mais aurait bien évidemment refusé tout engagement autre que dans la Wehrmacht. Question de convictions et de cohérence.

Vraiment, si quelqu'un n'a jamais eu de leçon de courage ou d'intégrité à recevoir, c'est bien lui. Il ne s'est jamais "retiré sur les hauteurs" qu'intérieurement, même quand, l'âge venant, la forme de sa vie sociale a rejoint son recul philosophique.

Une preuve de son intérêt et de sa lucidité en matière politique : à plus de 80 ans, dans "Eumeswil", il exprimait ainsi son anticommunisme, comme son aversion pour les dictateurs et les va-t-en-guerre :

"L'illusion égalitaire des démagogues est encore plus dangereuse que la brutalité des traîneurs de sabre... pour l'anarque, constatation théorique, puisqu'il les évite les uns comme les autres. Qu'on vous opprime : on peut se redresser, à condition de n'y avoir pas perdu la vie. La victime de l'égalisation est ruinée, physiquement et moralement."

Écrit par : Boreas | 30/04/2014

Ami Un Ours, Junger à fait toute la Ww1 dans les troupes de choc...et La campagne de France comme capitaine d'une unité d'infanterie avant d'être muté à l'état major parisien en raison de son âge et de ses états de services exceptionnels....ton jugement à posteriori, à l'abri et au chaud, me paraît au minimum erroné.

Qui s'intéresse à ce personnage autrement que superficiellement sait, comme l'a rappelle Boreas, qu'il fut toute sa vie un patriote voire un nationaliste engage et pas des plus tendres...Hitler lui même protégea Junger tant qu'il le pût ("on ne touche pas à Junger") alors qu'une grande partie de l'oligarchie hitlérienne rêvait de lui mettre deux balles dans la nuque pour refus de s'engager aux côtés des nazis, comme le fit Carl SChmitt par exemple, son ami et parrain de son fils aine.

Junger avait compris le potentiel d'autodestruction de l'Allemagne nazie et refusait de suivre cette course à l'abyme, tout prussien et patriote qu'il fut.

Écrit par : hoplite | 01/05/2014

Je sais tout cela.

Mais quand le pays affronte des forces massives et vicieuses (même en admettant que le gouvernement actuel de son pays est lui-aussi "massif" et "vicieux", à de nombreux égards), comment rester pur, quand on veut que son pays gagne ou tout ou moins qu'il ne perde pas trop ?


De nos jours, on pourrait évoquer la situation syrienne: donc si j'étais syrien (en admettant par principe que j'aie le courage de me battre), tout en détestant le régime, je me sentirais obligé de me battre à ses côtés. Par absence d'un autre choix.

C'est tout ce que je disais.

P.S. le courage moral et le courage physique sont par principe admirables.
Mais ces vertus ne conditionnent pas absolument le fait qu'une personne courageuse aie raison ou tort. Un attentiste planqué peut être plus pertinent qu'un grand guerrier.
Ou pas.

Écrit par : UnOurs | 01/05/2014

Jünger a eu conscience très tôt du danger que représentait le nazisme et du risque de récupération d'une partie des idées de la Révolution Conservatrice et de la geste des Corps Francs.
Il a conseillé à son ami Ernst Niekisch de quitter après la publication d'Hitler, une fatalité allemande, en 1933 ou 1934. Niekisch n'ayant pas suivi son conseil a été envoyé en camp en 1934 au moment de la nuit des longs couteaux qui a servi a purgé la SA mais aussi les milieux conservateurs et NB.
Avec von Salomon, il a préfacé un livre sur les combats des Corps Francs pour éviter toute récupération de leurs combats par les nazis. La Ville de von Salomon s'achève par une profession de foi NB du principal protagoniste et une critique du nazisme.
Jünger a gardé un profond intérêt pour la politique. Après la 2ème GM, il s'est interrogé sur la possibilité d'une nouvelle KR. C'est l'état de santé de Nieckish qui l'en a dissuadé.

Écrit par : Sven | 01/05/2014

Hier, les Pravii Sector se sont affronté avec les pro-Maidan a Kiev :

https://www.youtube.com/watch?v=twhBfv2YTgY

Même le Monde a été obligé d'écrire trois mots a ce sujet, alors que cela mériterait au moins un article :

http://www.lemonde.fr/europe/video/2014/04/30/echauffourees-place-de-l-independance-a-kiev_4409690_3214.html

Mais chut ! Il ne faut surtout pas ébranler l'image du nouveau gouvernement par intérim de Kiev démocratique. Comment expliquer après a ces lecteurs, que c'est la faute a Poutine...

En tout cas remarquez bien le PM entre 2mn30 et 2mn40 .... pas standard soviétique ce type d'équipement, ça me parait de fabrication israelienne Uzi ....

Écrit par : dizemanov | 01/05/2014

"Mais quand le pays affronte des forces massives et vicieuses (même en admettant que le gouvernement actuel de son pays est lui-aussi "massif" et "vicieux", à de nombreux égards), comment rester pur, quand on veut que son pays gagne ou tout ou moins qu'il ne perde pas trop ?"

Jünger etait dans la Wehrmacht, c'est pas Willy Brandt non plus.
Il a fait son devoir.

Je crois que ca n'est pas par hasard que la "resistance interieure" est un de ses themes.

Écrit par : JÖ | 01/05/2014

Les commentaires sont fermés.