Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2017

motivation "politique"

Graphique-drepanocytose_hd_chiffres_2015-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

**************************************************************************************

"Andrew Neather, qui rédigeait les discours de Tony Blair, Jack Straw et David Blunkett, a fait une révélation de taille, dans l’émission Question Time de la BBC. Il a en effet dévoilé que l’énorme augmentation de l’immigration durant la dernière décennie était une politique délibérée et organisée par les Travaillistes afin de modifier la constitution ethnique de la Grande Bretagne : « Outre les besoins du marché du travail, il y avait également une motivation « politique » derrière la politique d’immigration. [Les ministres entendaient] mettre le nez des conservateurs dans la diversité ». Cet apparatchik de premier rang a précisé que les dirigeants travaillistes avaient opéré secrètement, craignant que cette politique ne perturbe « la classe ouvrière qui est son vivier électoral ». Les vraies raisons, qui figuraient dans les premières versions du rapport Performance and Innovation Unit, rédigé par Downing street, ont été supprimées dans la version finale du document afin de ne pas révéler cette politique délibérée et organisée. Selon lui, « l’immigration de masse était pour le gouvernement le moyen de rendre le Royaume Uni totalement multiculturel. Cette politique délibérée a duré de 2000 au moins jusqu’au mois de mai 2008, date à laquelle on a mis en place le nouveau système de points.» Ce qui a entraîné l’arrivée, selon le think tank Migration Watch, de plus de trois millions de nouveaux immigrés."  Faits et documents 15-30/11/09


podcast

ben oui, alors?

 

07/02/2017

wtf

05/02/2017

renverser la table?

tumblr_mcv9peYm4C1qj7lb4o1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Plus les jours passent, et plus les actes de Trump, suivis de certains de ceux qu’il met en place dans le gouvernement, montrent d’extraordinaires évolutions de la politique des USA avec cette nouvelle administration, dans un sens antiSystème ouvert et proclamé, notamment et essentiellement grâce à la puissance du système de la communication. Ainsi de cette interview de l’ambassadeur pressenti des USA auprès de l’UE, dont les propos au cours d’une interview de la BBC sont totalement destructeurs et déstructurants.

(...) « Plus je vois l’administration de Donald Trump à l’œuvre, plus j’aime son style. En voici un exemple parfait, où le probable futur ambassadeur de Trump à l’Union européenne, Ted Malloch, parle sans détour à Andrew Neil qui l’interviewe dans l’émission Daily Politics de laBBC. Neil vient de demander à Malloch ce qui peut bien l’intéresser dans le poste d’ambassadeur à l’UE.
 
Andrew Neil : « Il me semblait que vous étiez loin d’être un grand fan de Bruxelles et des bureaucrates comme Juncker. »
 
Ted Malloch : « Eh bien, j’avais autrefois un poste diplomatique qui m’a permis de contribuer à l’effondrement de l’Union soviétique, alors peut-être qu’il y a une autre Union qui aurait besoin d’être un peu domptée. »
 
» Un peu plus tard, Neil a demandé à Malloch ce qu’il pensait du président de la Commission européenne.
 
» Andrew Neil : « Que pensez-vous de M. Juncker?
 
» Ted Malloch : « Eh bien M. Juncker était un bon maire d’une ville du Luxembourg et peut-être qu’il devrait retourner faire la même chose.
 
» Neil a éclaté de rire, ravi de cette réponse. Les politiciens parlent rarement franchement à la TV. Les diplomates encore moins, parce que soi-disant, dans leur fonction il faut être discret et ne pas faire de vagues. Quant à l’UE, aucune personne d’influence, à l’exception de Nigel Farage, n’a jamais osé en parler à la télévision de façon aussi désobligeante. Mais voilà que Ted Malloch, qui parle tout droit devant lui et qui méprise l’UE, est la personne que le président Trump a choisie pour représenter les États-Unis à l’Union européenne. Et la raison pour laquelle il a fait cela, c’est parce que, tout comme Malloch l’a clairement avoué lui-même, le président Trump n’aime pas l’UE :
 
» Ted Malloch: « Il n’aime pas les organisations supranationales, non élues, où les bureaucrates font n’importe quoi et qui ne sont pas vraiment démocratiques ».
 
» On assiste à une révolution et je pense que même ceux d’entre nous qui soutiennent Trump et le Brexit sont surpris par la rapidité du changement. Rappelez-vous que l’Union européenne a été en partie la création des États-Unis, qui ont vu cela comme un moyen de maintenir la paix en Europe en utilisant la France comme contrepoids à l’Allemagne, avec une Angleterre qui jouait à contrecœur les intermédiaires. C’est pourquoi les présidents successifs des États-Unis ont tous soutenu cette institution corrompue, inefficace et antidémocratique. Et voilà que tout à coup, tout change.
 
»L’UE est finie et le nouveau président des États-Unis fait de son mieux pour accélérer sa fin. »
 
Il y a une “guerre de la communication” qui est menée par Trump et son administration, et surtout avec des individualités depuis longtemps persuadées de la puissance de la communication et de la nécessité d’une révolution, et ces personnalités de type activiste se trouvant dans l’orbite de Breitbart d’une part, des Britanniques eurosceptiques, fortement sinon idéologiquement anti-UE proche de l’UKIP d’autre part. Cette “guerre de la communication” est purement destructrice (essentiellement déstructurante, par les chocs successifs  dont elle procède). Elle consiste d’abord dans des déclarations sensationnelles et absolument différentes du style diplomatique et retenu courant dans le Système, et bien entendu complètement étrangères au Politically Correct ; les tweets de Trump sont l’archétype de cette tactique, mais aussi, désormais, des déclarations individuelles du type de celles de Malloch, dont on peut penser qu’elles sont une amorce de la diffusion de cette tactique.

La réaction du Système est classique : le silence. La presse-Système a appris, durant la campagne USA-2016, que le silence était l’arme ultime, la dernière possible, contre les attaques incessantes de Trump. C’est une tactique désespérée, montrant bien l’embarras du Système, et une tactique qui ne peut être complètement verrouillée, parce que le milieu du journalisme n’est ni contrôlable d’une façon hermétique, ni discipliné comme l’est une administration soumise aux directives précises de sa direction. Il y a l’attrait professionnel et le bénéfice concret (audience, notoriété, rapport vénal) du sensationnel, en même temps que les attitudes personnelles qui ne peuvent être contrôlées. Ce passage de commentaire de Delingpole, qui s’y connaît dans ces milieux-là de la presse-Système (à noter qu’il désigne le journaliste de la BBC par son prénom, c’est un ami), explique bien ce que nous voulons dire : « Neil se mit à rire comme un homme qui ne pouvait croire à sa chance. Les politiciens ont rarement cette franchise durant les shows politiques à la TV. Les diplomates encore plus parce que, en principe, leur travail est d’être discret, arrangeants en adoucissant le propos, évitant les propos abrupts. Pour ce qui concerne l’UE, personne de quelque influence que ce soit, à l’exception de Nigel Farage, n’en a jamais parlé d’une façon aussi libre d’entraves à la télévision. Pourtant ce Ted Malloch, au parler si direct et ne dissimulant pas une seconde son hostilité à l’UE, c’est l’homme que le président Trump a choisi pour représenter les USA à l’UE… »

Les déclarations de Malloch n’ont pas fait grand bruit, et notre hypothèse est qu’elles seront à peine diffusées à l’intérieur de l’UE et au niveau de sa direction, parce qu’elles ne sont pas “convenables”, comme ne sont pas convenables “ces gens-là”. De même, l’UE a mis plus de six semaines après l’élection de Trump, avant de seulement envisager de chercher à entrer en contact avec l’équipe de transition du président-élu, selon l’argument implicite, – car le problème ne fut jamais posé explicitement mais les mots employés par les fonctionnaires parlent d’eux-mêmes, –  qu’on ne parle pas avec “ces gens-là” avant qu’ils n’aient été conduits à demander merci. Dans ce cas ce ne fut pas le cas, puisque la lettre de “félicitations” Tusk-Juncker envoyée le 9 novembre, après son élection, qui proposait à Trump un sommet avec les dirigeants de l’UE “à condition” que ce sommet se fasse sous les auspices des “valeurs” que ces personnages chérissent et dont ils semblaient douter que Trump en fût préoccupé, – la démocratie, les droits de l’homme, les frontières ouvertes, etc., – cette lettre n’a toujours pas reçu de réponse et le sommet UE-Trump languit d’autant de ne pas exister…

Ainsi, le silence comme politique de la communication pour traiter les informations venues de l’adversaire, qui trouve d’ailleurs sa riposte dans le silence de Trump lorsqu’on lui envoie une lettre de cette sorte, a-t-il des limites comme tactique ; les élections USA-2016 l’ont d’ailleurs largement démontré, la presse-Système n’ayant pu empêcher cette élection. Il existe désormais une presse-antiSystème, qui se charge du travail de diffusion des nouvelles antiSystème venues du cœur du Système. Finalement, même si ces déclarations, qui font partie du dispositif de destruction de Trump, sont en général barrées et ignorées par la presse-Système et les institutions-Système, elles circulent tout de même au niveau du Système et finissent par atteindre, parfois dans une mesure inespérée, leur but principal, qui est de créer un climat d’extraordinaire insécurité pour les dirigeants du Système. (...)" source saker/Grasset

04/02/2017

coca cola city

Parfois ça vaut vraiment le coup de s’arrêter une seconde sur ce genre de slogan pourri de la modernité à roulettes.

"Made for sharing"...sans déconner, c'et du lourd+++

Made for sharing ca pue la diarrhée bankable de créatifs cocaïnomanes, ca pue le slogan du global trading and Co arc en ciel, ca pue le charabia et le boniment de la bourgeoisie cosmopolite compradore de Filllon a Lepage en passant par Bayrou, Macron, Hidalgo, BHL, etc. Ca pue et ça n'a aucun sens a priori.

Et puis Sharing what? 

Le globish pour tous?

Un modèle civilisationnel mourant dans la barbarie violente et l'anomie festive?

Les dettes pour les sans-dents que vont occasionner la construction de X nouveaux stades et autres réalisations festives? Ou le gros cash qui va déferler sur les quelques firmes de copains/happy fews qui vont se partager le gâteau? réponse: les deux!

Les tsunamis de propagande vivrensembloide et festivoide qui vont déferler sur l'hexagone et dans les merdias pendant des mois au moment même ou pas un jour ne se passe sans que cette même diversité ne se signale par un comportement ouvertement criminel et chaotique?

Un festival de commentaires du pauvre Montel, plus débiles et suintants de soumission au politiquement correct les uns que les autres?


Bienvenue à Coca Cola city, quoi. Le genre de truc qui aurait plu grave à Philippe Muray.

Les progressistes sont comme des poulets sans tête à l'abattoir: ils courent vers l'infini et au-delà alors qu'ils sont déjà morts. Une forme d'auto régulation, finalement, de darwinisme social...

Ou de Némésis, assurément.

NB: encore AS je sais: suis pas soralien mais AS a régulièrement des analyses correctes et percutantes  sur ce genre de barnum, indépendamment de son utopie réconciliatrice.  Faut pas s'en priver.

*********************************************************************************

Vu hier un gendarme de 40 ans avec 20 ans de service dans l'armée et en poste dans une brigade de l'arrière pays de l'Hérault.

- globalement c'est le chaos partout et personne ne maîtrise plus rien,

- rien que dans le petit bassin Lodève-Clermont l'Hérault-Bédarieux, plus de 250 signalement de "jeunes radicalisés" surveillés et pouvant partir en Syrie ou passer à l'action, pas de moyens, des effectifs en chute libre, une hiérarchie planquée qui ne veut pas de vague, des civils (avec des quotas diversité/ethniques) qui rentrent dans  la gendarmerie au titre de secrétaire ou autres et qui peuvent avoir accès à des informations confidentielles sur des enquètes/procédures en cours san sque ça inquiète grand-monde,

-des avocats partout à tous les niveaux qui entravent les procédures, des juges qui relâchent systématiquement des délinquants ou des criminels, des centaines de milliers de peines de prison inférieures à 2 ans qui ne sont jamais effectuées.

-bon, j'étais un peu surpris quand même, je pensais pas qu'on en était là; quand je lui ai dit que quand je partais en bivouac, je partais depuis peu équipé en parabellum, il m'a dit: "vous avez raison, docteur, on a plus les moyens de vous protéger. Et si je vous contrôle avec ça au fond du sac, ben je vous dirais rien."

cool.

02/02/2017

mm

"Le quotidien néerlandais De Volkskrant rapporte que le service général de renseignement et de sécurité (AIVD) aurait mené entre 2009 et 2010 une enquête sur Geert Wilders, chef du parti pour la Liberté (PVV), sur ses liens avec Israël et l'influence qu’ils pouvaient avoir sur sa loyauté (envers les Pays-Bas). Sont notamment évoqués sa rencontre avec le général Amos Gilad dans le QG de Tsahal en 2008 et ses multiples rencontres avec l'ambassadeur d’Israël aux Pays-Bas. Dans le même quotidien (édition du 10/04/2007), Geert Wilders avait déjà revendiqué ses liens avec le Mossad" Faits et Documents, 15-31/01/2017.

"Le roi Felipe VI d'Espagne a été décoté au Palais du Pardo de Madrid du prix Lord Jacbovits de la conférence des rabbins européens pour ses efforts pour "tenter de réparer les fautes commises par son pays dans le passé à l'égard de sa communauté juive" Ibid.

"France de demain. Schéhérazade Zerouala, avocate au barreau de Paris, Amine El Katmi, adjoint à la mairie socialiste d'Avignon (Vaucluse), Nadia Touiz, cofondatrice du Club Diversité Rhône Alpes, Rabha Boussetta, membre du collectif d'associations franco-marocaines de l'Isère et directrice des systèmes d'information à la mairie communiste d’Échirolles (Isère), Siham Sahed, directrice du développement à l'Académie des métiers du sport et Nadia Lakehal, adjoint à la culture au maire socialiste de Vauls en Velin (Rhône), ont été désignés "French Muslim civic leaders" au terme de leur participation eu "Poject Interchange" de l'American Jewih Comittee." Ibid

01/02/2017

logosTV


31/01/2017

tuesday girl

tumblr_mxk949KaqS1rt43gto1_500.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

podcast

29/01/2017

blitzkrieg et lingettes


RIP (pour l'instant..), Drahi euhh Macron est en embuscade!


28/01/2017

discosucks


26/01/2017

c'est moche

tumblr_mkjxxijPVr1rpcrx8o1_1280.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La mondialisation/globalisation, n'est que la conséquence de l'effacement du politique. Quand un Donald Trump fait arrêter une délocalisation (et même plusieurs) par un simple coup de fil, alors qu'il n'était même pas encore président en exercice, on voit ce que c'est un politique."

Reymond, La chute

touché coulé

 

 Bon, Fillon est mort. Dont acte.

24/01/2017

best of



"Sur le plateau du JT de TF1, lundi soir, Valls a directement attaqué son concurrent, élu à Trappes (Yvelines). «Je défendrai (...) une vision de la laïcité que je veux incarner, la lutte contre le communautarisme. Lui, Benoît Hamon, est ambigu sur ces questions» Source

22/01/2017

pizzagate


bad mood


18/01/2017

wow!

11/01/2017

no love lost


07/01/2017

disparition

jungle-de-calais-quand-des-habitants-chantent-pour-les-migrants-20161024-0745-6432e9-0@1x.jpeg

 

"(...) La vi­sion développée dans le roman [Le camp des saints] sera sans doute une réalité au­tour de 2050. La plupart des démographes sont d’accord sur le caractère inéluctable du phénomène, qui touche d’autres pays d’Europe. Les minorités dites visibles seront alors des majorités et ce sont les Français dits de souche qui seront minoritaires. Des pans entiers de ce pays seront peuplés de Français d’origine extra-européenne. On me dira que la France a été constituée par des vagues d’immigration successives. Certes, mais l’immigration des siècles précédents était composée d’immigrés d’origine européenne, qui, en deux ou trois générations, se sont intégrés dans le modèle français. Or, le modèle d’intégration républicain se révèle inopérant depuis au moins une décennie. On assiste à la prolifération du communautarisme, à la juxtapo-sition de groupes revendiquant leurs différences ethniques, religieuses, culturelles, qui ne se reconnaissent pas dans le “vouloir vivre ensemble” qui fait le ciment d’une nation, comme le soulignait Renan.

Je défie nos gouvernants de prétendre qu’il s’agit là d’un progrès. Nous sommes ou serons confrontés à un retour à la tribalisation, qui m’apparaît comme le contraire de la civilisation. On a beaucoup parlé, récemment, de la nature de l’identité française, des limites de notre capacité assimilatrice, et puis on a enterré le débat dès que Big Other a froncé le sourcil. Qu’est-ce que Big Other ? C’est le produit de la mauvaise conscience occidentale soi­gneusement entretenue, avec piqûres de rappel à la repentance pour nos fautes et nos crimes supposés –  et de l’humanisme de l’altérité, cette sacra-lisation de l’Autre, particulièrement quand il s’oppose à notre culture et à nos traditions. Perversion de la charité chrétienne, Big Other a le monopole du Vrai et du Bien et ne tolère pas de voix discordante.

Je n’ai jamais été un écrivain engagé, mais je n’ai jamais, non plus, dissimulé mes convictions, et j’aimerais que le Camp des saints ouvre les yeux des lecteurs sur les mensonges et les illusions qui pervertissent notre vie publique. Depuis sa parution, j’ai reçu énormément de courrier, et j’ai discuté avec nombre d’hommes po­litiques, de droite et de gau­che. Ce qui m’a frappé, c’est le contraste entre les opinions exprimées à titre privé et celles tenues publiquement. Double langage et dou­ble conscience… À mes yeux, il n’y a pire lâcheté que celle devant la faibles­se, que la peur d’opposer la légi-timité de la force à l’illégitimité de la violen­ce.

Je crains, hélas ! que l’épilogue de la pièce ne soit déjà écrit, mais j’aurai au moins joué mon rôle d’estafette et essayé de libérer le pouvoir de la parole. À l’âge que j’ai, du reste, je n’ai plus rien à perdre : cette réédition est ma dernière “sortie”. L’occasion de rappeler, sans mépris et sans haine, que l’Autre, contrairement à ce qu’assurait François Mitterrand, n’est pas totalement chez lui chez moi ! (...)"

"Il n’y a que deux solutions. Soit on essaie de s’en accommoder et la France — sa culture, sa civilisation — s’effacera sans même qu’on lui fasse des funérailles. C’est à mon avis ce qui va se passer. Soit on ne s’en accommode pas du tout — c’est-à-dire que l’on cesse de sacraliser l’Autre et que l’on redécouvre que le prochain, c’est d’abord celui qui est à côté de soi. Ce qui suppose que l’on s’assoit quelque temps sur ces « idées chrétiennes devenues folles », comme disait Chesterton, sur ces droits de l’homme dévoyés, et que l’on prenne les mesures d’éloignement collectif et sans appel indispensables pour éviter la dissolution du pays dans un métissage général. Je ne vois pas d’autre solution. J’ai beaucoup voyagé dans ma jeunesse. Tous les peuples sont passionnants mais, quand on les mélange trop, c’est bien davantage l’animosité qui se développe que la sympathie. Le métissage n’est jamais pacifique, c’est une utopie dangereuse. Voyez l’Afrique du Sud !

Au point où nous en sommes, les mesures que nous devrions prendre seraient forcément très coercitives. Je n’y crois pas et je ne vois personne qui ait le courage de les prendre. Il faudrait mettre son âme en balance, mais qui est prêt à ça ? Cela dit, je ne crois pas un instant que les partisans de l’immigration soient plus charitables que moi : il n’y en a probablement pas un seul qui ait l’intention de recevoir chez lui l’un de ces malheureux… Tout cela, c’est de la frime émotionnelle, un maelström irresponsable qui nous engloutira. (...) "

Jean Raspail, 2011.

ho ho

 

05/01/2017

fuck

mannsally1989jb6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le fondateur de Terra Nova tombe pour pédophilie, la presse française muette.

Pourquoi ce silence ? Est-ce pour ne pas ternir par ricochet le soleil d’Arnaud Montebourg ?

On enterre, aujourd’hui, François Chérèque, ex-patron de la CFDT et président de la « fondation progressiste » Terra Nova. Coïncidence de l’actualité, Christophe Bejach, l’un des fondateurs et ancien vice-président de cette boîte à idées du Parti socialiste, vient de tomber, à Londres, pour pédophilie. Faut-il, alors, imaginer que c’est pour ne pas troubler ce moment de deuil et de recueillement que tous les médias officiels français n’en ont touché mot ?

Christophe Bejach, 53 ans, est ce que l’on appelle une pointure (et peut-être, aussi, un « pointeur », comme on dit dans certains quartiers de Fresnes et d’ailleurs). Sa bio sur Terra Nova nous explique, en effet, que ce brillant « ingénieur et titulaire d’un MBA du Groupe HEC (ISA) a effectué une carrière orientée vers l’investissement dans des entreprises cotées ou non cotées, en France, aux USA et en Asie ». En 2012, il rejoignait l’équipe d’Arnaud Montebourg, devenu ministre du Redressement productif, en tant que conseiller sur l’Aérospatial, la Défense et l’Énergie. Mais surtout productif pour lui-même, Christophe Bejach s’est essentiellement fait connaître comme créateur de la société L’Avion, revendue à British Airways pour 68 millions d’euros.

Ce strauss-kahnien « historique » ne partageait pas, avec son mentor, que des idées. Il semblerait qu’ils avaient aussi en commun quelques connections obsessionnelles entre le cerveau et le pantalon, mais si Strauss-Kahn s’en prenait à des femmes adultes, M. Bejach montrerait quant à lui une nette préférence pour les fillettes. En témoigne sa condamnation, le 14 décembre dernier, par un tribunal britannique à « 9 mois de prison avec sursis pendant deux ans pour un premier chef d’accusation d’offense sexuelle sur enfant mineure et trois autres chefs d’accusation pour possession de photographies d’enfants indécentes ».

Christophe Bejach s’est fait pincer par un agent de police en civil, Sadie, qui s’est fait passer pour la mère de trois fillettes de 8, 10 et 12 ans sur lesquelles il avait jeté son dévolu. Ayant acheté sur Amazon « un stock de petites lingeries pour faire des photos de nus érotiques », Bejach a « décrit ses fantasmes sexuels à Sadie, la présumée mère des filles, qui malheureusement pour lui était en fait officier de police travaillant à la surveillance de la cyber-pédophilie ». Interrogé par le tribunal pour savoir « s’il avait eu quelques intentions d’avoir des rapports sexuels avec les filles avant le rendez-vous de l’hôtel Cumberland, Bejach a répondu “Avant d’avoir eu ces pensées : oui” », rapportent le Daily Mail et l’Evening Standard. Outre ces faits, on a également trouvé dans l’ordinateur de ce brillant homme d’affaires des dizaines de photos à caractère pédophile, dont certaines de catégorie A, c’est-à-dire « dépeignant l’activité sexuelle pénétrante ». Ayant réussi à éviter la prison, Christophe Bejach devra signer « le Registre des délinquants sexuels pendant dix ans, son ordinateur a été confisqué [ndlr : pour les photos] et il devra payer £1,200 de frais de tribunaux. Il a préalablement payé une caution de £100,000 à la Cour et remis son passeport aux autorités », écrit la presse britannique.

Voilà pour les faits. Maintenant, la question qui fâche : qui, en France, a parlé de cette histoire ? Qui a écrit une ligne sur le sujet ? Aucun des médias officiels : pas un mot en radio, pas un mot sur les chaînes d’info, pas un mot dans la presse. Les seuls à l’avoir évoquée sont ceux qu’on range commodément dans la « fachosphère » : Fdesouche, Le Salon beige et TV Libertés et, dans un autre genre, le site Au féminin, qui recense les affaires de pédophilie.

Pourquoi ce silence ? Est-ce pour ne pas « gêner » les primaires de la gauche, ne pas ternir par ricochet le soleil d’Arnaud Montebourg, épargner Terra Nova, ne pas plomber davantage un Parti socialiste moribond ? Ou bien parce qu’un Strauss-Kahn + un Bejach, c’est plus qu’on n’en peut supporter de la part de cette classe politique pourrie ?" Source

****************************************************************************

Pourquoi?

Pute ou chômeur, faut choisir, comme dit AS.

Comme c'est pas un curé ou un Chti, mais une éminence feuj du Parti Du Progès et De La Lumière, ben on ferme sa gueule. Tapin, donc.

CQFD.